grace bailhache projet assosolos facebook twitter

grace bailhache projet assosolos facebook twitter

Suite et fin de la série consacrée aux médias et réseaux sociaux. Après avoir fait ressortir dans  la première partie les deux grands courants observés lors de mon enquête menée auprès des Travailleurs indépendants, Freelance, Solopreneurs et les associations, il a été question dans la seconde partie de brosser le portrait de ceux qui considèrent les réseaux sociaux comme une hantise. Pour conclure sur une note positive, je vous propose de regarder le verre à moitié plein à travers le prisme de ceux pour qui les médias sociaux sont une aubaine.   

Sur le même principe que pour les insatisfaits, ceux qui tirent leur épingle du jeu sur les réseaux sociaux ont un ou plusieurs de ces points en commun :

  • Un choix mûrement réfléchi.  En effet, ils n’ont pas choisi le réseau en vogue mais celui sur lequel se trouvent les personnes auxquelles ils souhaitent s’adresser.
  • Une présence stratégique.  Ils connaissent bien leurs adhérents ou potentiels clients, ils ont une vision sur la mission de leurs pages et/ou comptes .
  • Une communication flexible. Ils savent que réseau a son fonctionnement, ses codes,  ainsi,  ils s’adaptent en cultivant leurs singularités.
  • Une publication diversifiée.  Ils cultivent la pluralité en évitant de publier les mêmes choses sur tous leurs réseaux, et en variant les présentations.
  • La création de liens.  Ils privilégient le dialogue au monologue, en sollicitant régulièrement l’avis de leurs adhérents ou clients.
  • Ouverture aux collaborations. Ils savent créer des passerelles soit avec des pairs du même domaine, soit des croisements de compétences complémentaires.
  • Valorisation ponctuelle. Ils prennent le temps de manière ponctuelle de mettre  en valeur les compétences de leurs adhérents ou les  clients les plus fidèles.
  • Évaluation non égocentriste.    Heureux des nombres, ils savent qu’un fan n’est pas forcément un adhérent ou un client,  ils mesurent les résultats à l’aulne de l’impact réel sur l’activité.

L’avantage des « petits » que nous sommes, c’est la flexibilité et la proximité avec nos publics respectifs, ainsi contrairement à l’idée reçue, les réseaux sociaux sont une véritable aubaine pour les associations et Solopreneurs qui n’essaient pas de jouer une réplique de la « grenouille qui voulait devenir aussi grosse que le bœuf ».  Il n’est pas non plus nécessaire d’être en permanence présent, la constance et l’apport de réelle plus-value permettent des résultats effectifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *